...
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pour la petite histoire

L’arnica des montagnes « Arnica montana » est également appelé « tabac des Vosges » par allusion à l’ancien usage de ses feuilles et sa localisation. On trouve au Markstein, dans le massif des Vosges, une concentration unique. Son périmètre actuel couvre environ 20 ha et ce territoire se partage entre les agriculteurs, les entrepreneurs d’entreprises de loisirs et les cueilleurs. Les terres utilisées par les agriculteurs sont sous la tutelle des communes, l’ensemble faisant partie du réseau européen Natura 2000 et bénéficiant de la protection du Parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Vertus et bienfaits

L’arnica des montagnes est connue pour ses vertus anti-inflammatoires et antalgiques, dues aux substances actives – flavonoïdes et lactones sesquiterpéniques – contenues dans ses fleurs.

Sous forme de macérât huileux, ses propriétés antioxydantes, protègent la peau du vieillissement. L’huile d’arnica est, quant à elle, anti-inflammatoire et cicatrisante.  Appliquée localement, elle peut être utilisée pour calmer certaines douleurs (dos, entorses…) et empêcher l’apparition d’ecchymoses.

Employée également comme huile de massage détente après une séance de sport, elle sert à prévenir les courbatures. Sa teneur en caroténoïdes en fait une huile photoprotectrice. En cas de coup de soleil, appliquer directement quelques gouttes d’huile d’arnica sur la zone concernée aide à soulager et apaiser la peau.

Avertissement 

Bien que l’arnica offre de nombreux bienfaits, son utilisation par voie interne est contre-indiquée, à part sous forme homéopathique. En cas de bain de bouche, il vaut mieux éviter d’avaler la solution.

Aussi, son usage est déconseillé aux personnes allergiques aux plantes de la famille des astéracées comme les marguerites ou les pissenlits. Elle ne peut être appliquée sur des plaies ouvertes, ou sur une peau endommagée, ou encore avec une source de chaleur externe.

Comment la préparer ?

En teinture mère (homéopathie)

  • Mettre deux poignées de fleurs d’arnica, fraîchement cueillies, dans un bocal en verre.
  • Remplir le récipient avec un bon alcool de kirsch ou un alcool blanc titrant 55° ou 60°, du rhum agricole par exemple.
  • Couvrir le flacon et l’exposer une dizaine de jours au soleil.
  • Le tourner tous les jours d’un quart de tour.
  • Puis filtrer la préparation à travers une passoire garnie d’une gaze.
  • Remettre la teinture dans un flacon, bien le boucher et le conserver dans une armoire.

En huile 

  • Dans un bocal en verre, mettre 200 g de fleurs fraîches (ou 600 g de fleurs séchées),
  • Recouvrir avec 50 cl d’une huile végétale neutre. Fermer le bocal.
  • Laisser macérer 3 à 4 semaines.
  • Filtrer et mettre dans un flacon en verre opaque.
  • Ce macérât huileux se conserve plusieurs semaines au frais.

Vous ne trouvez pas l’information que vous cherchez ?

Dans la même rubrique :
Le thym
La réglisse
L'origan
La menthe poivrée
L'échinacée
La camomille
Aller au contenu principal