menu ludres
menu ludres

Parcours patrimonial – Panneau 14

L’église Saint-Epvre et ses vitraux renaissance

L’église de Ludres a pour patron St Epvre, évêque de Toul de 500 à 507 ; de son vivant il avait le don de miracles, et fût inhumé dans l’église du faubourg de Toul.

L’église actuelle daterait de la fin du XVe siècle bâtie à droite de la chapelle de la vierge qui constituait le lieu du culte primitif.

Il y a 4 chapelles :

  • La chapelle de la Vierge à l’entrée de l’église, éclairée par une baie ogivale, pourvue de vitraux (un autel, un bénitier surmonté d’un Saint Jean Baptiste, une plaque à nos «Héros 3» victimes de la première guerre et d’une croix de bois debout dans son socle, haute de 3,50 m.
  • La chapelle sous la tour du clocher éclairée par une baie en forme de rosace sous laquelle on a placé une piéta. Au sol une dalle avec quatre anneaux  de fer recouvre les sépultures.
  • La chapelle des Comtes de Ludre la plus importante, elle a été creusée dans le cimetière, surélevée par quarte marches et éclairée par deux baies. On y distingue un grand autel, une grande plaque de marbre la mémoire de la famille de Ludre, depuis Henri, Comte de Ludre et d’Affrique mort le 20 octobre 1639, mais aussi Isabelle de Ludre, dite la belle de Ludres et qui a été la maîtresse de louis XIV. Sur une plaque monumentale, une inscription en l’honneur de Ferri de Ludre décédé  le 20 mai 1915 ainsi que Thierry son fils (1903-1940).
  • La chapelle Saint Hubert. Elle a été bénite le 24 juin 1737 grâce à la libéralité de M. Hubert Henry (seigneur de Houdreville), ensuite elle devient la chapelle des Vaudéchamps et enfin des Landres.
    L’autel est dominé par Saint Hubert et son cerf encadré par les armoiries de familles nobles.

Le cimetière. Après la construction de l’église actuelle, les inhumations des personnes importantes se font à l’intérieur de l’église et le cimetière, autour. En octobre 1875, un transfère du lieu des sépultures sera effectué sur un terrain au-dessus de l’église.

Règlement de la sonnerie des cloches (17 octobre 1907)
Pour les sonneries civiles un règlement est établi.
Exemple : annoncer le passage du président de la république, réunir les habitants, incendie, invasion, vendanges, ouverture et fermeture du scrutin….
La durée de chaque sonnerie soit civile, soit religieuse, ne pourra excéder 15 min pour les sonneries ordinaires et 30 min pour les sonneries solennelles.

Source : Livre « des origines à nos jours » de Jean-Paul Lagadec.

Vous ne trouvez pas l’information que vous cherchez ?

Dans la même rubrique :
Parcours patrimonial - Panneau 1
Parcours patrimonial - Panneau 2
Parcours patrimonial - Panneau 3
Parcours patrimonial - Panneau 4
Parcours patrimonial - Panneau 5
Parcours patrimonial - Panneau 6
Aller au contenu principal