Site Internet de la Ville de Ludres


Charles Choné nous a quittés.chone

Hommage à Charles Choné, Maire Honoraire de Ludres 

 

  C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès de Charles Choné, le 9 mai 2018. Avec son départ, c’est un chapitre considérable de l’Histoire de Ludres et de l’agglomération qui se tourne.

 

Entré aux affaires sans l’avoir voulu en 1959 (il a été sollicité par des élus de cette époque), il est maire de Ludres de 1963 à 2008 ! soit 48 ans d’engagement public, 8 mandats au service de ses concitoyens ou encore 106 élus municipaux qui ont travaillé avec lui.

 

Visionnaire, il initie la transformation et le développement de Ludres, étape par étape, ainsi qu’il l’avait prévu depuis longtemps. Cela se traduit ensuite dans l’urbanisme avec l’adoption d’un Plan d’Occupation de Sols puis dans le PLU. Espaces d’habitats, zone industrielle, Aire de Loisirs, tout était prévu des 1968, même l’existence du cinéma sur la ZAC Chaudeau !  Il y eu également un projet de stade de 30000 places prévu dans cette ZAC qui ne vit finalement pas le jour.

 

Devenu expert en urbanisme et en fiscalité (il est président de l’ADUAN et membre du Comité des Finances Locales), il cherche à bousculer les inerties administratives et au besoin invente des formules adaptées au développement comme la ZAC industrielle avant la Loi d’Orientation Foncière ou le « système des participations ». Il exposera sa vision et son expérience dans  « La République dans tous ses Etats », un ouvrage sur la fiscalité et les institutions, puis dans « Mémoires d’un Homme Libre ».
Dés le début de son engagement, il se heurte à la technocratie et impose la Zone Industrielle et ses voies d’accès contre  le schéma de l’OREAM (Organisation Régionale d’études et d’aménagement de la Lorraine) qui favorisait le développement du nord de l’agglomération alors que Charles Choné pensait à raison qu’il fallait d’abord développer le sud.

 

Pour Charles Choné, l’essentiel est d’avancer et d’agir au niveau où se prennent les décisions ce qui confère à l’action municipale sa cohérence et son efficacité : c’est le sens des différents mandats exercés aux conseils général, régional puis au District Urbain et à la communauté urbaine du Grand Nancy dont il devient le Président-Fondateur avec André Rossinot.
 
TGV, A32, transports, aéroport, aviation d’affaires, diester sont quelques-uns des dossiers dont il s’occupe le plus. Le collège de Ludres qui n’existerait probablement pas sans son rôle au Conseil Général en tant que vice-président aux affaires scolaires.
Il n’hésite pas à mobiliser les Ludréens pour une grande manifestation à Nancy et devant le rectorat le 17 mars 1984; le collège sera ouvert en 1988 après 22 ans de lutte. C’est sans doute dans ce dossier que la ténacité de Charles Choné s’est le mieux exprimée.

 

Président de l'Association Départementale des Maires de 1989 à 2001, il en fait un outil d'aide à la décision des élus dans les domaines administratif, informatique, juridique et financier.

 

C’est aussi dans ce sens pour peser sur les décisions qu’il se présente par deux fois au Sénat. S’il échoue de peu, il renforce son assise locale, car c’était un des rares candidats à avoir visiter tous les maires et grands électeurs du Département.

 

En 1965, il n’y avait que deux emplois à Ludres et de l’eau au robinet à certaines heures seulement. Il crée la première Zone Industrielle privée et il implante comme un signal au bord de la ZI, l’avion du Docteur Martin, une communication des plus originale ! Il n’hésite pas non plus à démarcher lui-même les entreprises ; certaines comme la société Jabot sont encore présentes. Les parcelles se remplissent, apportant les ressources qui permettront de construire la ville, la nouvelle Mairie et ses équipements comme l’Espace Chaudeau, uns des dernières grandes réalisations de Charles Choné. La construction de Ludres est ainsi passée de la ville à la campagne à la campagne à la ville !   

 

Passionné de communications et de nouvelles technologies, il dote la ville d’un des premiers réseaux câblés de télédistribution en France et là encore, il devance la loi en organisant deux essais de télévision locale en 1976 et en 1985 avant de lancer télé-Ludres en 1997. Il milite ensuite au Grand Nancy et au niveau national pour le développement de l’internet pour tous puis du très haut débit avec toujours la même méthode : bousculer les inerties (le monopole de France Télécom), et innover (le RMT) avant que la loi ne vienne lui donner raison.

 

 L’intercommunalité lui permet de mettre en œuvre un esprit de solidarité reconnu. Ses mandats au district Urbain de 1992 à 1996 puis à la Communauté Urbaine de 1996 à 2008  lui permettent de mettre en œuvre cette base de solidarité et de destin partagé  qui est le fondement de l’intercommunalité. Une intercommunalité qui doit s’accompagner du respect de l’identité communale, gage de contact direct entre l’élu et le citoyen et de démocratie locale.

 

Européen convaincu, il engage la ville dans  3 jumelages : Furth im Wald (Allemagne)en 1987, Domazlice (Tchéquie) en 1994 et Furth bei Gottweig (Autriche) en 1999. Une autre manière d’être solidaire, notamment avec Domazlice qui sortait à peine du communisme.
 
 Mais finalement c’est le bonheur et l’épanouissement de ses concitoyens et leur confiance qui été l’énergie de Charles Choné qui a pu consacrer près de 50 ans de compétences et d’idées pour le développement de la Collectivité.

 

Ludres, 6600 habitants, possède les services d’une ville de 15000 habitants : médiathèque, école de Musique, résidence autonomie, muti-accueil petite enfance, salle de spectacle, collège et école.

 

Charles Choné laissera un souvenir impérissable et toutes nos pensées vont à la famille et a leur proches.

 

 

Le parcours exemplaire de Charles Choné au service de la collectivité : 

 

1963 : Mairie de LUDRES, réélu sans interruption depuis 1963. Il crée la première zone industrielle privée en France en 1965. 

1974-1992 : Vice-Président du District de l'Agglomération Nancéienne. 

1980-1992 : Président de l'Agence d'Urbanisme de l'Agglomération Nancéienne.

1985-1998 : Conseiller Général du Canton de Jarville. Vice-Président du Conseil Général chargé des Affaires Scolaires (Départementalisation des collèges) jusqu'en mars 1988. Délégué aux grands projets et affaires économiques. Délégué aux transports de 1993 à 1998. 

1986-1998 : Conseiller Régional délégué à l'Enseignement Secondaire, Rapporteur du Groupe Technique de Planification Education et Apprentissage. 

1989-1995 : Vice-Président de la Fédération des Agences d'Urbanisme de France. 

1989-2001 : Président de l'Association Départementale des Maires. Il en fait un outil d'aide à la décision des élus dans les domaines administratif, informatique, juridique et financier. 

1989-1998 : Président de la Commission Transports du Conseil Régional de Lorraine. 

1992-1998 : Président du Conseil d'Architecture d'Urbanisme et l'Environnement de Meurthe-et-Moselle.

1992-1995 : Président du District de l'Agglomération Nancéienne.

1992-2001 : Vice-Président de l'Assemblée des Districts et Communautés de France. 

1994 : Chargé de Mission auprès du Ministre de l'Équipement, des Transports et du Tourisme jusqu'à l'élection présidentielle de mai 1995. 

1995-1998 : Vice-Président du Conseil Régional de Lorraine.

1996-1997 : Président de l'Association des Communautés Urbaines de France. 

1996-2001 : Président de la Communauté Urbaine du Grand Nancy.

2001-2008 : Vice-Président de la Communauté Urbaine du Grand Nancy. 

  

Tous ceux qui ont eu la chance de travailler avec lui garderont le souvenir d'un homme visionnaire, chaleureux, à l'écoute des autres et profondément humain.

C'est un homme exceptionnel qui disparaît. À tous ses proches, nous adressons nos sincères condoléances. 

blasonMairie de Ludres - 1, Place Ferri de Ludre - BP 90072 - 54711 LUDRES Cedex - Mairie de Ludres, © 2011
Horaires de la Mairie : Lundi-Vendredi : 8h-12h / 14h-17h30. Samedi : 9h-12h (permanence Etat Civil) - Tél : 03 83 26 14 33
Villes jumelées : Furth im Wald en Allemagne, Domazlice en République Tchèque et Furth bei Göttweig en Autriche

Suivez-nous sur facebook